La mère de toutes les guerres






La guerre à l’état pure !

L’avant-dernière mission du jeu, la plus puissante, la plus bourrin, la plus barbare, la plus violente, la meilleure en somme. Ici, pas de problèmes de développement, d’économie, de gestion, etc… Non, tout se fera œil pour œil, dent pour dent, dans des combats anarchiques où les morts s’empileront, s’étalant sur des kilomètres et des kilomètres d’oasis ravagé, de tours explosées, de murs rasées, de villes rasées, et j’en passe.

Vous aurez donc compris le principe de cette mission.

Vos deux alliés ne seront que des diversions. La plupart des ennemis focaliseront en effet leur attention sur eux, vous laissant le temps de vous développer. Les cinq ennemis lançant dès le début un rush surpuissant, vous seriez en effet bien embêté. Vous n’aurez cependant au début qu’un seul Cœur de Lion à affronter. Si vous avez du mal, imaginez ce que sera quand les deux Porcs et les trois Cœurs de Lion vous attaqueront. Ca y est, vous vous êtes réveillés ? Bienvenue en Enfer.

Cette mission n’est pas aussi dur que la 36, loin de là, mais est la seule mission où le problème ne vient pas de la gestion ou du développement (exception faite de quelques autres et rarissimes missions, comme la 19 ou la 35).


Blindez la muraille à mort, en faisant des créneaux, et placez vos tours rondes au nord en vous étendant vers le sud

Vous recevrez assez rapidement une visite de Richard Cœur de Lion. Soyez donc prêts à l’accueillir comme il se doit. Vingt arbalétriers et deux balistes seront largement suffisants pour ce premier assaut, genre d’accueil, bien entendu.


La première attaque de Richard Cœur de Lion, simple à repousser

Développez-vous ensuite du mieux que vous pouvez, en construisant de nombreuses tours rondes. Equipez-les prioritairement de balistes, qui seront primordiales dans cette mission.

Très rapidement, le Sultan n’en mènera pas large, et vous demandera donc de l’aide. Déclinez poliment. Il est en effet préférable que vos alliés meurent, afin que la limite de soldats max. soit un peu moins grande. Il vous faudra en effet faire des centaines d’arbalétriers pour votre défense, mais aussi au moins une centaine de spadassins européens pour tuer au moins un Porc. La mort du Sultan est donc nécessaire. Celle du Calife l’est moins, mais, n’aimant pas le Calife, je ne l’ai à aucun moment aidé à s’en sortir, bien au contraire.


Le Sultan mourra assez rapidement


Si vous êtes plus améliorés que le Calife, vous recevrez de précieux biens en provenance du Sultan

Très vite donc, le Sultan nous quittera. Vous aurez alors deux nouveaux ennemis : un Porc, et un Cœur de Lion, les deux derniers ennemis s’occupant pour le moment exclusivement du Calife.

Quant au Calife, vous pouvez faire ce que bon vous semblera. Vous pouvez envoyer quelques spadassins européens pour démolir ses tours et ses constructions si vous voulez le tuer, ou bien utiliser quelques archers européens pour faire brûler son brai, ce qui sera un coup fatal dans sa défense.

N’oubliez pas de développer efficacement le front est, car ça commencera à barder solidement de ce côté-là. De même, développez aussi le front nord-ouest, car le Porc qui est voisin au Calife finira par changer de martyre, et s’en prendra à vous. Cependant, le dernier Cœur de Lion continuera ses assauts sur le Calife. Vous vous retrouverez donc à quatre contre un.


Voici en gros ce qui vous attend avant la mort du Sultan


Voici maintenant un aperçu de ce que vous aurez à affronter après la mort du Sultan

Vous l’aurez donc compris, il faudra vraiment faire un maximum d’arbalétriers et de tours rondes, tout en conservant beaucoup de pierre dans la réserve pour réparer les murs endommagés ou les tours. Vous ne pouvez exploiter que votre gisement de pierre, c’est entièrement suffisant, mais exploitez-le du mieux possible, autant que faire se peut.


Ah ! Je vous avais bien dit que le Porc finirait par vous attaquer.

Le Calife pourra se révéler très lent à mourir. Si vous avez atteint la limite maximale de soldats, prenez votre mal en patience, et continuez patiemment la démolition de la structure du Calife en attendant l’assaut du troisième Cœur de Lion.


Démolissez toutes les constructions appartenant au Calife sans la moindre hésitation. Vous n’avez qu’à vous souvenir de vos combats contre ce lascar, ça motive.

Constituez-vous une armée de spadassins européens dès que vous commencez à atteindre les 200 arbalétriers. Ainsi, vous pourrez attaquer l’un des Porcs par exemple si le Calife est encore en vie. En effet, avec la mort du Sultan, vous pourrez produire une centaine (approximativement) de spadassins européens, ce qui est supposé être suffisant pour battre un Porc.


Lorsque vous aurez obtenu une telle défense, ne songez plus qu’à l’attaque

Pour l’attaque, vous êtes libres de votre choix. Vous devez maintenant sûrement connaître les stratégies les plus utiles pour battre un Cœur de Lion, je pense donc que vous ne rencontrerez pas trop de problèmes de ce côté-là.




Retour sur la piste


Copyright © La Bible des Templiers (Stronghold Inside) 2015 
Toute reproduction du contenu et des graphiques de ce site est strictement interdit.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site