Les serres du vautour





PREMIERE PARTIEMassacrer l’un des Califes, le plus gros morceau de cette mission

Après, pour certains, l’éprouvante mission 25, il n’est pas encore temps de se décontracter. La mission d’après présente aussi son lot de difficultés, surtout à cause du Calife se trouvant sur la colline, et qui peut être un énorme et gigantesque souci. N’oubliez pas non plus les deux autres ennemis, qui passeront la plupart de leur temps à tenter de vous attaquer.

Il est ici capital de rapidement faire votre mur, car les esclaves des Califes seront au rendez-vous, et assez rapidement, vu que les IA commencent avec 40 000 pièces d’or… En somme, passez au début la vitesse du jeu à « 20 », placez quelques constructions (fermes, ateliers, postes de bûcherons, moulin, boulangeries…) en attendant que la pierre se charge dans votre réserve. Construisez alors une caserne, et faites le mur.

Jouxtez ce dernier avec le mur du Serpent, ce qui vous fera économiser beaucoup de pierre, mais imposera une difficulté majeure. Vous devrez vous assurer que non seulement vous surviviez, mais aussi le Serpent. En effet, si ce dernier venait à mourir, son mur partirait en poussière, laissant un trou béant dans votre muraille. Certes, le trou en question peut être rapidement rebouché, mais vous devrez également affronter les trois ennemis à la fois. Oh, certes, on peut s’en tirer avec les honneurs, mais vus aurez bien plus de chance avec le Serpent comme allié, même s’il ne m’a jamais servi à grand-chose dans cette mission.

Placez rapidement quelques tours rondes. Ne les mettez pas au niveau du grand corps de garde, il y a de fortes chances que les balistes incendiaires du Calife au-dessus de vous les démolissent progressivement. Vous l’aurez donc compris, il faudra mater le Calife. Ici, la même technique que contre beaucoup d‘autres ennemis s’appliquent : utilisation des mangonneaux. Avant, il faudra construire une ou deux tours rondes, voire trois, un peu au-dessus de la tour de périmètre. Vous pouvez également construire un trébuchet pour démolir les tours de guet du Calife, ou son petit corps de garde, mais les archers arabes situés dessus ne devraient normalement pas vous attaquer. Dans le fond, ce n’est que du gaspillage.


Remplacez progressivement la plupart des balistes des quatre tours rondes les plus au nord par des mangonneaux, tout en augmentant le nombre de tours rondes les plus au sud vers le Serpent, en les équipant de balistes pour à la fois protéger votre défense des catapultes et des balistes incendiaires adverses, mais aussi la sienne.

Combattre les balistes incendiaires s’avérera très difficile, surtout que lors de ses assauts, le Calife jaune en mettra trois nouvelles, plus proches que celles servant normalement à le défendre, d’où l’utilité de mettre un nombre conséquent de balistes, surtout que les balistes auront du mal à démolir les balistes incendiaires sur les collines, faisant amèrement durer le suspens.

Une fois que vous aurez rasé la plupart des balistes incendiaires, placez (ou replacez) les mangonneaux, en mettant des arbalétriers pour les défendre. Si vous avez un peu de pécule, n’hésitez pas une seule seconde à en acheter, si, bien entendu, vous jugez que vous n’en avez pas assez.

Progressivement, la situation s’améliorera. J’entends par là que la forteresse du Calife sera de plus en plus en mauvais état, que vous devez continuer à augmenter le nombre de tours rondes et d’arbalétriers, tout en continuant à raser les balistes incendiaires, jusqu’à ce que le Calife n’en refasse plus. Démarrez ensuite une exploitation de fer afin d’embaucher des spadassins européens. Attendez que la défense du Calife ne ressemble plus à rien.


Le Calife n’en mènera pas large contre vos mangonneaux

Si vous avez de la chance, le Serpent devrait attaquer le Calife, faisant flamber les fosses empoissées que ce fourbe ennemi met traditionnellement autour de son château, limitant considérablement les dégâts quand ce sera à vous d’attaquer.

Une fois qu’il ne restera plus grand-chose de la forteresse du Calife, vous pouvez envoyer des arbalétriers (à vous de déterminer le nombre suivant les troupes ennemies qu’il restera) pour massacrer les dernières poches de résistance, tout en espérant que vos arbalétriers ne brûlent pas comme des saucisses sur un barbecue. Il ne restera ensuite qu’à donner le coup de grâce à l’aide d’une petite poignée de spadassins européens.

DEUXIEME PARTIEProtéger le Serpent pour tuer le second Calife et le Sultan

Vous devriez rapidement remarquer que le Serpent n’en mène pas large contre ses deux ennemis, qui ont décidé de s’acharner sur lui. Vous pouvez tout aussi bien décider de l’aider pendant que vous combattrez avec le premier Calife. Le défendre n’est pas très dur.

Construisez pour cela des tours rondes avec des balistes sur le nord-ouest de son fort (en suivant les points cardinaux de la carte), en envoyant des arbalétriers. Si vous avez tué le premier Calife, vous pouvez déporter toutes vos troupes sur ce front. Vous ne craignez normalement plus rien maintenant. D’ailleurs, si vous n’avez pas assez de place pour vous développer, vous pouvez également raser les murs. Théoriquement, vous n’essuierez aucun assaut adverse.

Il reste maintenant à tuer le Calife. Appliquez une méthode qui prouve son efficacité contre les Califes, l’emploi de catapultes en masse, protégés par des arbalétriers. Si possible, demandez au Serpent d’attaquer le Calife pendant que vous-même l’attaquerez, ce qui divisera sa défense, même si vous devriez parvenir à raser les tours de guet du Calife sans que les archers arabes situés dessus ne fassent feu.

Une fois que le Calife aura perdu la plupart de son armée, envoyez naturellement les arbalétriers, en priant pour que l’assaut fonctionne sans pépin, et que le Calife ne se retrouve avec plus aucun soldat. Il est préférable de sauvegarder avant l’assaut. Ainsi, si l’attaque échoue, chargez la partie, et recommencez en envoyant un plus grand nombre d’arbalétriers, ou en voyant si vous ne pouvez pas raser d’autres constructions avec les catapultes. Utilisez ensuite quelques spadassins européens pour tuer l’ennemi. Il ne reste maintenant plus que le Sultan.






Retour sur la piste

 


Copyright © La Bible des Templiers (Stronghold Inside) 2015 
Toute reproduction du contenu et des graphiques de ce site est strictement interdit.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×