The Big One!

 




PREMIERE PARTIE - Vitesse et rapidité, la bonne défense adéquate avant la descente aux enfers

N'y allons pas par quatre chemins, j'irais droit au but sans faux détours : dans cette mission, il y a un mot maître que vous devez garder à l'esprit, un mot très clair et pourtant peu indicatif de la procédure à employer... Ce mot est "patience". Ne vous jetez jamais à l'improviste dans cette mission, effectuez des actions posées et réfléchis... et prenez le temps d'agir, bon Dieu ! Ne désespérez pas, et soyez patients. Comptez au moins cinq bonnes heures dans le jeu pour finir la mission... Et encore... Bienvenue dans une mission qui est indéniablement la mission la plus difficile des 80, l'Ultime !

Les problèmes de cette mission sont assez simples à résumer, et vous entraînent dans un cercle vicieux infernal qui semble sans fin. En gros, vous démarrez avec peu d'or, et il faudra donc le placer dans les bons endroits. Le manque de ressources vous obligera à vous recroqueviller sur votre position et à encaisser les assauts ennemis, tout en essayant non pas de se développer, mais de ne pas subir une croissance négative et de voir votre popularité s'effondrer. Les ennemis vous attaqueront en effet incessamment, sans répit, les assauts montant dans un crescendo infernal qui vous donnera des sueurs froides. Et malgré cela, et bien, il faudra bien réussir à vous développer, et à gagner...
 
Les touts premiers assauts ennemis

Autant dire qu'il faudra très vite adopter la bonne défense, et ce pronto. Faire tout simplement des tours rondes ne suffira pas. Vous n'aurez jamais assez de troupes à temps pour repousser tous les soldats qui viendront vers vous, c'est strictement impossible. La solution idyllique est alors de construire des douves, et ce dans le temps imparti. Pour améliorer la défense, créez également une muraille devant, muraille qui aura pour objectif principal de protéger vos hommes pendant qu'ils feront un "lac", et secundo de faire diversion avec les catapultes adverses, qui s'acharneront sur votre muraille, au lieu de s'attaquer à vos tours rondes.
 
La défense finale
 
Comme prévu, les ennemis s'acharneront avec force sur la première muraille... Du moins, au début

Vous devriez également avoir aperçu sur le chemin de gauche (qu'il ne faudra pas remplir de douves, bien entendu) un gisement de pierre et un gisement de fer. J'ose vous rappeler qu'il est pour le moment inutile de vouloir vous approprier le gisement en construisant une ou deux carrières. En effet, ce seront soit les assassins du Nizar, soit les spadassins arabes de l'Emir ou encore les esclaves du Calife qui les accueilleront. Et vous connaissez aussi bien que moi leur sens de l'hospitalité...
 
Il est assez arrogant de placer vos carrières sans protection
   
Au final, le résultat sera toujours le même


SECONDE PARTIE - L'enfer du développement, des attaques incessantes, des ressources inexistantes, un développement improbable, une attaque impensable, une issue incertaine

Maintenant que vous avez une bonne défense, ne pensez cependant pas que la partie est gagnée, loin de là. Vos ennemis sont toujours aussi coriaces et résolus à vous détruire. Théoriquement, ils commenceront les assauts en attaquant directement depuis le front, donc en essayant de combler les douves, avant de réfléchir à une meilleure stratégie, et d'opter pour des attaques vers la gauche. En théorie, si vous avez suffisamment d'arbalétriers, vous repousserez efficacement les assauts. Faites très attention aux assassins qui seront en surnombre.

Abordons maintenant le sujet délicat de l'économie. En effet, vous aurez besoin d'or, mais comment en obtenir ? J'ai personnellement trouvé une astuce assez efficace. J'ai utilisé le système des impôts à l'aide de la bière, c'est-à-dire que j'achetais de la bière au marché pour avoir un bonus de popularité +8 pour fixer les taux d'impositions correspondant. En somme, "utiliser la bière pour acheter de la bière". J'avais donc comme ferme une ferme à blé qui me servait à avoir de la nourriture. En conséquence, essayez d'avoir une population assez réduite (ne dépassez pas 50 paysans ; même avec 50 paysans, vous serez sur la corde raide). Il vous faudra donc souvent utiliser le menu "Rations supplémentaires" si vous manquez de nourriture (quand vous n'avez environ plus que 10 baguettes dans le grenier), et donc à modifier les impôts en conséquence. N'oubliez cependant pas que vous pouvez avoir une popularité jusqu'à 50 avant de voir le peuple vous quitter. En somme, vous pouvez toujours vous mettre des impôts qui feront baisser votre popularité, tant que votre côte ne dépassera pas la barre des 50. A bon entendeur, salut !

Dans la mesure du possible, limitez-vous à deux ou trois ateliers d'archerie qui auront pour ordre absolu de produire des arbalètes. Il vous faudra donc acheter les armures en cuir au marché. De plus, vous devrez également acheter de la pierre pour réparer vos murs après les assauts adverses. Il ne vous restera donc pas grand chose pour vous développer sérieusement, c'est-à-dire pour créer une armée offensive. Et oui, le voilà, ce fameux cercle vicieux, cercle inévitable, un cycle infernal qui semble sans issue, mais dont il faudra sortir, car vous n'avez pas le choix. Ce sera cependant long et pénible.

Une difficulté supplémentaire se posera ensuite par pénurie du bois (en passant, vous aurez remarqué que votre oasis contient au beau milieu un arbre qu'il faudra rapidement virer). Sur le passage de gauche poussera assez rapidement une forêt. Le fait est que vous avez besoin de bois pour la production d'arbalètes ; voilà donc encore une chose à rajouter à la liste des choses à acheter au marché. De même, si vous avez des brasseries, plutôt que d'acheter de la bière, achetez plutôt du houblon (5 sacs de houblon ne coûtent que75pièces d'or, à la différence de la bière, où 5 tonneaux coûtent100pièces d'or).

Il faudra donc exploiter la forêt à gauche, ce qui ne sera également pas facile, à cause des assassins qui viendront continuellement. Le mieux ici est de créer un petit corps de garde si ce n'est pas déjà fait pour faciliter le passage, plutôt que de supprimer un bout du mur pour créer une entrée. En effet, en faisant cela, vous attirerez vers vous les assassins et les esclaves des ennemis. Vous pouvez ensuite vous dire que, petit à petit, cela les appauvrira... mais non, ça ne marchera pas.
 
Evitez de laisser ouvert le château, cela ne pourra que renforcer les assauts ennemis, ce qui n'est pas vraiment souhaité
 
Les attaques ennemies se radicaliseront !
 
A force, les ennemis feront des attaques simultanées. Vous pouvez apercevoir ci-dessus l'armée de Richard Coeur de Lion, l'armée de l'Emir et l'armée du Loup

Progressivement, une faille apparaîtra dans cette mission. En effet, les ennemis ont pour logique de faire des assauts de plus en plus puissants pour essayer de massacrer leurs adversaires, vous êtes d'accord avec moi ? Et bien, c'est justement ça, cette faille. En effet, il est toujours plus long de faire une centaine de spadassins arabes qu'une dizaine. Une comparaison un peu simpliste, mais qui résume très bien la situation. Vous aurez ainsi de courts intervalles entre les assauts, intervalles qui seront courts, et tarderont à venir. Aussi pendant ces intervalles faudra-t-il vous développer, et plus particulièrement développer votre défense. Essayez pour cela de rajouter une nouvelle tour ronde pour avoir quatre balistes, atout non négligeable.
 
La quatrième baliste devra cependant être solidement protégé par des arbalétriers, car les archers montés du Wazir l'attaqueront avec force

Dès que possible, essayez de construire une cinquième tour ronde équipée d'un mangonneau juste au-dessus de la quatrième. Bombardez ensuite le Wazir avec votre mangonneau. Ainsi, le Wazir sera progressivement ruiné, et au bout d'un certain temps, finira par ne plus vous attaquer. Ce schéma se répètera également avec le Calife, mais n'espérez pas gagner en vous basant là-dessus ; il faudra attendre longtemps avant qu'ils ne se ruinent.
 
Il va maintenant falloir jouer serré. Vous devrez fortifier le passage de gauche jusqu'à atteindre les gisements de pierre pour vous les approprier, exercice long et fastidieux, où il ne faudra pas avoir les yeux plus gros que le ventre. En somme, avancez pas à pas. Vous vous apercevrez du coup d'une autre difficulté : celle du placement. Le must serait en effet de placer d'autres tours rondes pour améliorer la défense contre les balistes incendiaires, trébuchets et catapultes, mais vous devrez vous contenter au mieux de tours de guet qui seront donc très vulnérables. Vous ne pourrez construire des tours rondes qu'à niveau des gisements... encore faut-il les atteindre. Encore une fois, n'essayez pas d'y aller le plus vite, mais prenez votre temps !
 
Le début des fortifications
 
A ce stade, les fortifications sont pratiquement terminées. Petite erreur sur le dessin, construisez une tour ronde au lieu d'un corps de garde
 
Une nouvelle qui réchauffe le coeur : le Wazir est ruiné
 
A ce stade-là, votre développement est pratiquement parfait. Il ne reste plus qu'à murer complètement la section et à rajouter quelques tours
 
En plaçant un mangonneau, vous pourrez bombarder le Nizar
 
L'aspect négatif de la chose est que cette fortification deviendra du coup le front, et que les ennemis la bombarderont

TROISIEME PARTIE - Les derniers combats

Vous allez maintenant pouvoir vous développer mieux. De votre situation précaire, vous pourrez revendre le fer pour vous enrichir en plus de la bière, et utiliser la pierre pour réparer vos structures. La partie va maintenant vraiment se compliquer (si, si, c'est possible), puisqu'il va falloir songer à tuer les ennemis, tout en ne vous faisant pas tuer. Il faudra donc avoir une défense parfaite et ne vous focaliser que sur un seul point : l'attaque.

Problème... Comment tuer les ennemis sans armée ? Vous ne pourrez pas utiliser les "méthodes conventionnelles" vu votre situation ô combien précaire. Là encore, il faudra s'armer de patience, et montrer que vous êtes dignes de vous appeler virtuose de la stratégie. Méfiez-vous de la taille max., et limitez donc votre armée défensive à 200 arbalétriers au grand maximum. Le premier ennemi à attaquer sera donc le Nizar. Vous ne pourrez pas produire une armée de plus de cent massiers, aussi faudra-t-il trouver une solution alternative... et ruiner économiquement parlant le Nizar pour qu'il s'effondre. Mais comment ruiner le Nizar ?

D'habitude, il suffit d'utiliser une vingtaine de catapultes et de le raser, mais ici, le problème est le suivant : vous ne pourrez pas avoir une vingtaine de catapultes avec suffisamment de munitions. Enfin si... Mais ce sera long, et vous n'êtes même pas sûrs que vos catapultes ne se feront pas démolir avant, aussi bien par les vagues de fantassins des alliés ennemis que par la propre défense du Nizar. Et vos catapultes auraient bien du mal à massacrer les assassins du Nizar. Il semblerait donc que nous nous retrouvions dans une mission qui se termine en cul-de-sac, personne ne pouvant tuer ses ennemis...

Non, je plaisante ; vous l'aurez compris, il faudra utiliser les balistes incendiaires. Et c'est là que ça se gâte... Car il en faudra beaucoup, non seulement pour mater la défense du Nizar, mais aussi les attaques adverses, qui, ne l'oublions pas, passent par le côté gauche ! Vous devrez donc préalablement utiliser un trébuchet pour effectuer une frappe chirurgicale visant à démolir les tours rondes et la tour de guet du Nizar pour ensuite déployer vos troupes.
 
Le commencement de votre armée d'attaque

des voisins, aussi n'hésitez pas à envoyer également quelques Le mieux ici est d'envoyer vos balistes incendiaires par groupes (j'en avais d'abord envoyé 12, puis des renforts progressifs de 6). Avancez ainsi progressivement le groupe, et lorsqu'il commence à s'étendre, amenez les balistes incendiaires qui sont restés en arrière devant. Progressez ainsi sur la ligne jaune en démolissant rapidement les balistes incendiaires du Nizar. Vous serez embêtés par les archers arabesarbalétriers pour protéger les balistes incendiaires. Vous devrez absolument tenir la position, et essayer de déclencher un incendie fatal chez le Nizar. Le problème est que ce dernier utilise des réservoirs à eau, aussi vos incendies risquent d'être éphémères.
 
Voyez les choses en grand, si tant est que l'on puisse employer ce qualificatif...

Dégommez ainsi progressivement le Nizar, en envoyant toujours plus de balistes incendiaires. Envoyez également des catapultes pour vous attaquer non seulement aux quelques constructions encore debout chez l'ennemi, mais aussi en prévision du futur, et ce en bombardant d'ores et déjà les multiples tours de guet du Calife.
 
Laissez-moi vous ôter tout doute, les ennemis ne vous oublieront pas durant votre attaque !
 
Allez ! Courage ! Tenez bon, le Nizar est perdu !

Achetez maintenant des esclaves pour combler les douves jusqu'à vous faire un passage. Utilisez ensuite une dizaine de massiers (qu'il faudra acheter) pour attaquer le Nizar, qui ne vous rapportera rien mais tout à la fois, et en finir avec le premier de ces monstres.
Il convient maintenant de s'attaquer au Calife. Appliquez la même méthode que contre le Nizar. Cependant, démolissez préalablement les tours de guet de l'adversaire pour n'avoir plus qu'à vous occuper de l'homme. Le Calife devrait être ruiné, et j'ai eu la chance de l'attaquer pendant que lui-même m'attaquait.
 
En même temps que vous aurez démoli les tours de guet, si le coeur vous en dit, infligez au Calife son propre traitement, et brûlez-le !

Il ne reste ensuite plus qu'à le tuer, n'est-ce pas ? Ce ne sera en fait pas très difficile ; envoyez également une dizaine de massiers, mais méfiez-vous des fosses empoissées de l'adversaire.
 
Débarrassez-vous du Calife pour enfin pouvoir vous développer

A ce niveau-là, la plus grande erreur que vous puissiez faire est de croire que la bataille est finie. Vraiment, ce serait une erreur impardonnable que de vous croire sorti d'affaire... Certes, vous allez enfin pouvoir vous développer, mais ne vous évadez pas : regardez la défense du Loup et son or pour vous rendre compte que ce dernier n'a jamais été aussi puissant ! Qui plus est, les structures collées du Wazir, du Loup et de Coeur de Lion forment un "mur" impénétrable. Vous devrez donc passer par le point fort de la défense du Loup, c'est-à-dire ses quatre tours carrées renfermant trois mangonneaux, et qu'il reconstruira à une vitesse défiant toute concurrence.
 
Appropriez-vous les gisements ennemis. Il est préférable de combler les douves du Nizar pour vous les approprier totalement
 
Défendez bien entendu vos constructions

Avant de s'attaquer au Loup, il me paraît plus sage de charger l'Emir, afin de se débarrasser de ses maudits archers montés. Utilisez donc là aussi une petite quarantaine de balistes incendiaires pour se débarrasser de lui. Il est amusant de noter qu'il était il y a peine une ou deux heures carrément impossible de concevoir une baliste incendiaire, et qu'il est maintenant d'une facilité stupéfiante d'en faire des dizaines. Pas de doute, vous êtes passés à un niveau supérieur, de même que dans La descente, où la mort du Serpent avait permis un véritable "boum" économique, ici, la mort simultanée du Nizar et du Calife vous feront augmenter à la verticale votre croissance.

Contre les mangonneaux de l'Emir, l'astuce est de créer un poste de bûcheron à côté du château de l'Emir, de telle sorte que les mangonneaux se focaliseront dessus plutôt que sur votre armée. Et oui, c'est stupide, un IA ! La mauvaise stratégie ici serait de placer le poste de bûcheron là où doit passer votre armée, vous comprendrez aisément "pourquoi".
 
Mitraillez sans pitié l'Emir et tuez le !

La partie sérieuse commence alors.

Vous n'avez plus le choix, il faut s'attaquer au Loup !

Contre lui, j'ai fait deux assauts. Le premier comprenait 70 balistes incendiaires et 11 catapultes, ainsi qu'une centaine de massiers. Le château du Loup se transforma en un brasier intense, ses tours s'effondrèrent comme des châteaux de cartes, et mes massiers avaient massacré son armée. Malheureusement, les ingénieurs à huile bouillante furent un argument de poids, et je perdis cette première bataille. Le Loup dut alors mettre deux ou trois secondes à se refaire.
 
Voyez les choses en grand, en très grand !
 
Méfiez-vous des attaques de Richard Coeur de Lion

Avec une centaine de balistes incendiaires, la batille sera rude, mais vous devriez parvenir à vaincre les défenses du Loup, et à l'abattre (pour plus d'informations, regardez la vidéo de cette bataille). Ensuite, et bien, voici la fin de cette interminable mission (enfin !). Attaquez-vous ensuite à Coeur de Lion qui sera relativement plus facile à tuer que son imposant voisin, et pulvérisez sa défense. Utilisez ensuite des massiers pour le tuer.

Contre le Wazir... Si vous avez correctement utilisé le mangonneau depuis le début de la partie... il ne restera plus grand chose de lui, et vous n'aurez qu'à l'achever.
 
Félicitations, vous avez vaincu le Titan
 
Au tour du Roi d'Angleterre de jeter les armes !
 
Oui ! C'était le dernier !





Retour sur la piste


Copyright © La Bible des Templiers (Stronghold Inside) 2015 
Toute reproduction du contenu et des graphiques de ce site est strictement interdit.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site