Whirling Death

 




Avant-dernière mission, il ne fallait pas s'attendre à une petite promenade de santé. La mission n'est cependant pas spécialement insurmontable, et même si elle présente de multiples difficultés, vous devriez la terminer.

Une fois n'est pas coutume, votre allié se fera massacrer en quelques secondes par les assauts des Emirs et du Wazir, qui utiliseront de nombreuses armes de siège et encore plus en troupes. De votre côté, vous serez également confrontés aux ennemis, puisqu'ils emploieront tous les moyens à leurs dispositions pour raser vos carrières, mines de fer et fermes. N'hésitez pas à annexer les gisements de fer et de pierre au nord, à la lisière de la vaste forêt qu'il faudra exploiter. Continuellement, lesdits gisements se feront attaquer par les assassins du Nizar, les archers montés du Wazir ou les spadassins arabes des Emirs.

C'est donc encore une fois une mission où la difficulté provient du développement, et pas de la défense en elle-même. Banquez un maximum dans les balistes, et n'hésitez pas à faire deux corps de garde : un au nord, et un autre au sud. Celui du nord risque en effet d'être souvent fermé. Bien entendu, si vous en faites un au sud, n'oubliez pas de le défendre.
 
Contre tous les assauts ennemis, Frédéric n'en mènera pas large
 
Vous pourrez retarder l'échéance de la mort de votre allié en construisant une tour ronde à proximité, mais n'espérez pas le sauver
 
Il fallait bien que ça arrive... et ça arrive rapidement ! Frédéric bouffera maintenant les pissenlits par la racine

Je concède que se développer ne sera pas facile, et à la longue il est probable que vous perdiez l'avantage. Essayez donc d'embaucher plus de cent massiers pour attaquer l'Emir Sapehr. Il est préférable de défoncer préalablement son château à l'aide de trébuchets pour faciliter le passage aux massiers.

Ne lésinez pas sur votre défense, et embauchez au moins 150 arbalétriers à répartir équitablement sur les tours rondes. Détruisez le plus vite possible les balistes incendiaires adverses, et méfiez-vous des assassins qui ont la fâcheuse habitude de démolir vos constructions.

Trouvez le bon timing pour attaquer Sapehr entre toutes les attaques adverses, et méfiez-vous encore et toujours de ses ingénieurs à huile bouillante. Si vous avez de la chance, l'huile bouillante se perdra sur le toit des maisons. Dans le cas contraire, séparez toujours votre armée en deux, et n'hésitez pas à sauvegarder pour pouvoir rapidement recommencer.
 
Avec la fin de Sapehr, vous pourrez respirer un peu plus... Pas beaucoup non plus...

Il reste maintenant à choisir lequel des ennemis restants vous allez attaquer. De toute façon, vous avez le choix entre Nadij et le Nizar, Omar et le Wazir étant protégés par leurs alliés. Le mieux ici est cependant de tuer Nadij, qui est bien plus énervant que le Nizar. Utilisez donc également un trébuchet pour affaiblir sa défense, et envoyez une nouvelle vague de massiers. Méfiez-vous encore de l'huile bouillante de Nadij, et vous parviendrez à tuer ce second adversaire.
 
Débarrassez le désert de Nadij pour enfin pouvoir vous développer un peu mieux

La mort des deux Emirs sera un sacré poids en moins sur vos épaules. Ne vous reposez pas encore ; il reste trois ennemis à affronter, et le Wazir fera des attaques de plus en plus puissante, alors jetez un oeil de temps en temps sur votre défense pour voir s'il ne faut pas réparer des sections touchées.

Suite du programme ? Le Nizar, bien entendu.

Contre cette racaille, utilisez une vingtaine de catapultes en les protégeant par des arbalétriers ; les catapultes auront rapidement raison du Nizar, ravageant son fort. De plus, le Nizar sera déjà ruiné, vous n'aurez qu'à enfoncer le clou. Tuez ensuite ce chien tranquillement, chargez ensuite Omar qui ne sera également pas très résistant non plus, et utilisez tous vos arbalétriers sur le Wazir pour en finir une bonne fois pour toute. Allez, un peu de courage, il ne reste plus qu'une petite bataille à faire pour en finir... Et n'ayez pas peur.
 
Le Nizar ne devrait pas vous poser de grands problèmes
 
L'Emir Omar non plus...
 
Et le Wazir encore moins...





Retour sur la piste


Copyright © La Bible des Templiers (Stronghold Inside) 2015 
Toute reproduction du contenu et des graphiques de ce site est strictement interdit.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site